L’Afrique caméra au poing, Hans Schomburgk un pionnier du cinéma

Qui connaissait Hans Schomburgk (1880-1967) ?

Il s’agit pourtant d’un des premiers cinéastes ayant parcouru l’Afrique (surtout méridionale) et ayant contribué à populariser les paysages, la faune et les peuples d’Afrique devant les foules européennes dans les années 1910-1930.

Cinéaste autodidacte et aventurier, il part à 18 ans en Afrique du Sud et n’arrêtera pas de la parcourir jusqu’en 1957. Apprenti géographe et zoologue, sa curiosité est inlassable. Il est aussi un grand chasseur, passion qu’il regrettera par la suite au vu de la disparition des espèces sauvages, dont il se fera un défenseur. Dès 1909, les images ramenées de ses voyages et illustrant ses conférences connaissent un large triomphe. Converti au cinéma, Schomburgk voit reconnaître son travail par la fameuse Royal Geographic Society de Londres. Il s’oriente de plus en plus vers le cinéma ethnographique : il est notamment le premier européen à avoir filmé les rites féminins bundu du Libéria. Bien sûr, le ton de ses documentaires est celui de l’époque coloniale. Mais il n’est jamais méprisant et refuse de filmer certaines scènes pouvant susciter une curiosité malsaine en Europe. Il prend position contre le racisme ambiant en 1931. Il est d’ailleurs interdit de travailler par la Gestapo en 1940 et devra assister au détournement de ses films par la propagande nazie. La fin de sa carrière est consacrée à la défense de la biodiversité.

Documentaire de Anna. Schmidt (2019),95 mn, ARTE 14/11/2020, prochaine diffusion Jeudi 03/12/2020 à 09h30 et voir en replay sur Arte.fr jusqu’au 11/02/2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *