Le 21ème siècle s’invente en Afrique

C’est une leçon d’optimisme que a donnée Camille Andrieu à près d’une vingtaine d’adhérents de l’ACAP dans la présentation de son livre (« Le 21ème siècle s’invente en Afrique » aux Editions Atlande) samedi 23 novembre 2019 à 18h, ouvrage dont le titre est en effet tout un programme.

Ancienne élève de l’ENA, elle a obtenu pour ce travail le Prix HEC Entrepreneurs.

Continuer la lecture de « Le 21ème siècle s’invente en Afrique »

« L’art de cour à Abomey » par Gaëlle Beaujean

Les objets royaux d’Abomey ont été au centre des débats récents sur la restitution du patrimoine africain. Il était d’autant plus nécessaire de faire le point sur leur origine, le contexte anthropologique de leur émergence, le sort qui leur a ensuite été réservé par l’histoire.

Gaëlle Beaujean, responsable de collection Afrique au Quai Branly, travaille sur ce sujet depuis longtemps, a soutenu une thèse et écrit un ouvrage (Presses du réel, 2019) qu’elle a bien voulu nous présenter le 14/11/2019 devant un auditoire nombreux d’adhérents de l’ACAP.

Nous ne soulignerons ici que quelques points, tant la densité de la documentation et l’ampleur de l’analyse peuvent difficilement faire l’objet d’un véritable résumé. Continuer la lecture de « « L’art de cour à Abomey » par Gaëlle Beaujean »

Le Surréalisme et les Arts Premiers: Voyage autour de paradoxes.

C’est à un parcours historique passionnant que nous a convié Gilles Sournies, adhérent de notre association l’ACAP, dans sa conférence du 07 novembre 2019 à l’hôpital privé Natecia.

Le fil conducteur a été la figure d’André Breton, artiste engagé, curieux de découvertes multiples, personnage aux multiples facettes.

Le premier paradoxe est celui du révolutionnaire, ami de Trotsky, devenu un « pape » autoritaire du mouvement surréaliste. Des ruptures, oui, mais dans l’ordre. L’art doit être indépendant et servir la cause du peuple….mais Breton déteste les anarchistes ! Continuer la lecture de « Le Surréalisme et les Arts Premiers: Voyage autour de paradoxes. »

Commémoration du 11 novembre 2019 au Tata de Chasselay 69380

Les 19 et 20 juin 1940, les soldats du 25ème régiment de tirailleurs sénégalais reçoivent l’ordre de barrer la route aux forces nazies, sur le point d’entrer dans Lyon.

Encerclés, les tirailleurs résistent mais doivent se rendre. En représailles, les Allemands font prisonniers les soldats blancs français qui assistent, impuissants, au massacre de leurs camarades sénégalais tués à la mitrailleuse, ou écrasés par des tanks. Continuer la lecture de « Commémoration du 11 novembre 2019 au Tata de Chasselay 69380 »

L’Afrique collectionnée

« L’Afrique collectionnée » Documentaire de Christian Lajoumard, sur TV5 Monde, oct. 2019 52mn (à voir en replay sur TV5 Monde ou sur les  plateformes de streaming).

A travers une série d’extraits d’entretiens, et le regard porté sur des objets africains (appartenant à des galeristes), montrés systématiquement tournant sur eux-mêmes, ce documentaire pose les principaux problèmes soulevés par ces collections. Continuer la lecture de « L’Afrique collectionnée »

Création d’une chaire « Histoire et archéologie des mondes africains » au Collège de France

Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Afrique : Vous avez peut-être vu que pour la première fois une chaire pérenne vient d’être créée au Collège de France sur « Histoire et Archéologie des mondes africains », attribuée à François Xavier Fauvelle.

Spécialiste reconnu de l’histoire ancienne de l’Afrique, François-Xavier FAUVELLE, né en 1968, fait partie d’une nouvelle génération de chercheurs qui s’est attachée à nous livrer une histoire de l’Afrique connectée, vivante et globale, toujours en mouvement.

En ouvrant la réflexion épistémologique sur l’écrit et l’archéologie, ses travaux proposent au spécialiste, mais aussi au grand public, de découvrir ou redécouvrir la variété et la singularité des mondes africains en luttant contre les préjugés d’une Afrique « sans histoire ».

On peut regarder la leçon inaugurale du 3/10/2019 sur le site du Collège de France

 

ETRE COMEDIEN EN AFRIQUE

Tourné au cours du FESPACO en 2003, (le grand festival du film africain qui a lieu tous les deux ans à Ouagadougou, la Caravane du film africain de Sainte-Foy ayant lieu l’autre année), le film de JP Lebesson a apporté aux nombreux adhérents de l’ACAP présents à cette soirée du 10 octobre une analyse encore d’actualité des joies et misères du statut de comédien en Afrique. Joies de la découverte du métier (« face à la caméra, tu n’es plus le même » dit Omar Ouédraogo) et du rôle social qu’il peut jouer (« je suis la voix des sans voix » dit un jeune comédien). Misères de la recherche d’emploi, de la rémunération aléatoire et du manque de formation continue. Continuer la lecture de « ETRE COMEDIEN EN AFRIQUE »

UNE ETHNOLOGIE HEUREUSE : LES KALASH DE J.Y. LOUDE

C’est sous cette appellation que J.Y. Loude, ethnologue et écrivain infatigable, présente son expérience de découverte et de partage avec ce peuple de bergers et de paysans des hautes vallées du Pakistan à la mythologie si particulière.

Il a raconté le 10 octobre à des adhérents de l’ACAP, avec une passion bien compréhensible, son parcours de connaissance de la langue et des coutumes de cette population non bouddhique et non musulmane qui a fasciné les (rares) voyageurs depuis la fin du 19è siècle (voir le roman de R. Kipling -qui n’y était pas allé-       « L’homme qui voulait être roi »)

Continuer la lecture de « UNE ETHNOLOGIE HEUREUSE : LES KALASH DE J.Y. LOUDE »

Une cape en peau de bison

C’est un objet exceptionnel que nous a présenté notre ami Dominique Arcadio, le 6 octobre dernier dans le cadre des « Rencontres autour d’un Objet » de l’ACAP.

Spécialiste bien connu des civilisations indiennes des plaines d’Amérique du Nord, Dominique Arcadio a pu faire l’acquisition il y a quelques années d’une des dernières capes portées par des chefs indiens dans les années 1850.

C’est ce qu’on appelle en américain une « robe », pour signifier en fait un manteau en peau, sans fermeture, dont on se revêt pour se protéger du vent et du froid. Dans un état étonnant de conservation, elle figure sur son dos un ours, sur un fond piqueté de rouge. Venant du Dakota du Nord, elle a sans doute été la propriété d’un chef et s’est transmise de manière mystérieuse jusqu’à un certain O’Leary, conservateur de zoologie du musée Peabody à Harvard dans les années 80.

Continuer la lecture de « Une cape en peau de bison »

Connaissez-vous « Images et Mémoires » ?

Il s’agit d’une association, qui publie un bulletin, réunissant des anthropologues, historiens et curieux rassemblant l’iconographie oubliée de « l’outre-mer », et notamment de l’Afrique (peintures, dessins, photos, cartes postales). J’ai rencontré Isabelle Daubié, une des fondatrices, à Dakar (où elle dirige un charmant hôtel sur la plage de Ngor).

Consultez leur site, cela vaut la peine: http://.imagesetmemoires.com