Une cape en peau de bison

C’est un objet exceptionnel que nous a présenté notre ami Dominique Arcadio, le 6 octobre dernier dans le cadre des « Rencontres autour d’un Objet » de l’ACAP.

Spécialiste bien connu des civilisations indiennes des plaines d’Amérique du Nord, Dominique Arcadio a pu faire l’acquisition il y a quelques années d’une des dernières capes portées par des chefs indiens dans les années 1850.

C’est ce qu’on appelle en américain une « robe », pour signifier en fait un manteau en peau, sans fermeture, dont on se revêt pour se protéger du vent et du froid. Dans un état étonnant de conservation, elle figure sur son dos un ours, sur un fond piqueté de rouge. Venant du Dakota du Nord, elle a sans doute été la propriété d’un chef et s’est transmise de manière mystérieuse jusqu’à un certain O’Leary, conservateur de zoologie du musée Peabody à Harvard dans les années 80.

C’est un objet représentatif de la civilisation des Plaines, avant la période des réserves. La diffusion de couvertures en laine, plus pratiques, et la disparition progressive des bisons mirent fin à l’usage de ce type de cape.

Trois types de vêtements de peau étaient utilisés : des manteaux à motifs abstraits (dont on a perdu la signification), des contes d’hiver (racontant le cycle des saisons) et des robes d’exploit (guerrier notamment).

Cette « cape à l’ours sacré » nous a transporté dans un monde disparu et quand même présent dans l’imaginaire des amateurs de westerns.

Elle a donné aussi un exemple brillant de l’érudition d’un collectionneur passionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *